Editorial

Editorial du 21 Mai


Open Source - Une exposition qui ouvre des voies


Du 6 au 15 juin, s'ouvrira l'Exposition de l'appel à idées citoyen Open Source. "Imaginons ensemble des quartiers où l'eau serait une amie", telle est la proposition de cet appel. Pendant six mois environ, experts et citoyens ont planché sur la question lors de nombreuses rencontres et ateliers.

Un foisonnement créatif
Un adage philosophique dit "On sait toujours où l'on va, mais on ne sait jamais où l'on arrive". Avec Open Source, c'est un peu ce qui s'est passé. Comment aurions-nous pu imaginer, au moment où nous lancions l'appel que le choc des idées aurait produit des personnages aussi inattendus que Super Desasphaltico, le super amigo qui combat Asphaltor dans la Zinnode ixelloise ? Que dire du projet Maelbeek mon Amour qui fait des plaques d'égout des surfaces d'expression ? Et cet Open Source sur cartons de bières qui détourne également ces légers supports pour en faire des oeuvres éphémères ! Et tant d'autres choses encore. Ce fut cela Open Source, un foisonnement créatif utilisant des médias aussi divers que la vidéo, la radio, de reportages sonores, le diaporama, le dessin, l'origami, le schéma, l'affiche, le panneau de présentation, le site Internet qui n'en finit pas de grandir.

Une histoire commune qui s'écrit
Au travers des multiples propositions, il y a comme une histoire qui s'écrit... au commencement, il y avait la source, les forêts, les marais, etc. Puis il y eut les moulins et la bière et enfin la ville poussée par la modernité qui a refoulé l'eau sous une chape de goudron et de béton imperméable. Depave the World ! répond Super Desasphaltico - buveur de bière - qui nous invite à explorer notre bassin versant, son Maelbeek invisible et sa légende urbaine (Ixelligator) surgie des profondeurs. Il nous emmènera aussi du côté de l'eau amie où le sol devenu poreux permet au végétal de s'épanouir plus largement au bénéfice de la biodiversité et de la qualité de la vie. Poubelles gourmandes, murs végétaux, toitures potagères, etc. L'architecture pourrait trouver une nouvelle manière de s'écrire. Une façon de faire lien entre nous et avec les générations futures. Avec Super D, nous terminerons notre périple non sans avoir exploré d'autres quartiers.

Le pouvoir de la 'pensée eau'
L'Expo Open Source simule une manière de travailler que nous qualifierons de durable. Laissant une place à la créativité et l'imagination, cette approche ne manque pas de convaincre dans l'élaboration de projets. Ce qui s'observe, en effet, c'est qu'il existe de belles énergies et volontés pouvant contribuer au bien commun. La participation créative est aujourd'hui une donnée qu'il faut pouvoir prendre en considération dans la gestion complexe du monde. L'eau se trouve être un bon fil conducteur pour une pensée qui lie, percole, infiltre et irrigue, une pensée en mouvement... à l'opposé d'une « pensée mur », qui bloque, arrête et enferme.

L'Expo Open Source est le début d'une aventure.
Si Open Source est le produit d'une histoire, ce n'est que le début d'une aventure. Nombre d'idées pourraient devenir des projets concrets. Par exemple, le chapelet de friches s'égrainant le long de la rue Gray, mises en valeur par une étudiante, pourrait devenir une suite de lieux de rencontres. Il y a bien d'autres idées sur la table. Seront-elles retenues dans le projet de quartier durable ? Nous en déciderons tous.


Editorial du 6 mai 2008


La Commune ne pourra plus longtemps se détourner de notre action


Si le concept de développement durable est reconnu internationalement depuis la conférence des Nations Unies à Rio en 1992, c’est progressivement qu’il a été mis en œuvre par les collectivités locales du monde entier.

Aujourd'hui il est adopté aussi par la Région Bruxelles-Capitale et la commune d'Ixelles semble ne pas vouloir être en reste. En ce beau mois de mai, avec le soutien du Bourgmestre et de l'Échevine de l'environnement, il nous est en effet proposé d'en parler lors de trois moments où il sera question de l'eau, de la consommation énergétique et de notre alimentation...

Réjouissons-nous du fait que notre commune se soit saisie de différents dossiers tels celui de l’eau, qui a déjà donné lieu à plusieurs initiatives, par exemple à travers la semaine de la solidarité internationale ou la coordination du contrat de quartier Malibran - qui intègre déjà des éléments environnementaux dans ses projets et a développé une cellule dite 'eau'.

Pour rendre sa position cohérente, la commune a également signé à l'unanimité la Charte d'Aalborg + 10 en décembre 2007. Cette charte assez remarquable stipule que les communautés locales signataires ayant bien intégré les défis sociaux et environnementaux de notre temps agissent dans une visée globale. Par exemple, au point « Biens naturels communs », il y est dit que la commune s'engage à « améliorer la qualité de l'eau, économiser l'eau, et utiliser l'eau plus efficacement ». La charte propose encore, parmi bien d'autres choses, d'agir sur la base d'une gouvernance intégrant la participation des habitants et autres usagers de la ville.

Dans ce contexte, il apparaît évident que la Commune ne pourra plus longtemps se détourner de notre action qui recoupe certaines de ces ambitions. Dans le souci de travailler ensemble sans exclusives au mieux vivre de nos quartiers, nous l'avons régulièrement invitée à participer à nos réflexions, que ce soit à travers le montage d'un dossier européen ou pour présenter le projet d'Appel à Idées « Open Source » soutenu par la Région Bruxelles-Capitale.

Nous ne reviendrons pas sur les obstacles opposés par la Commune à nos actions. Il est dommage qu’il apparaisse si difficile à la majorité de créer de liens positifs (c'est un euphémisme) avec quelques-uns de ses citoyens parmi les plus dynamiques en matière de développement urbain durable.

Un tel développement, que l'on souhaite harmonieux et durable, ne peut s'élaborer qu'avec la participation de tous dans une vision transversale et créative de la coproduction de solutions. L'eau, le climat et tant d'autres choses se jouent des frontières administratives et mentales. Les défis auxquels nous sommes confrontés demandent la collaboration et la coopération de tous, particuliers, entreprises, services publics, et rendent inopérantes la segmentation et la compétition qui dominent aujourd'hui.

Sans mettre en cause l'agenda ni la légitimité du politique, il reste de la prérogative de la société civile de dévoiler des questions qui comptent et de peser dès lors sur la vie publique en tant que telle. Il est dans l'ordre de la chose démocratique d'élaborer des propositions en conscience et de les rendre publiques, sans a priori partisan.

Aussi, après six mois d’un travail intense, l'Expo « Open Source » ouvrira ses portes du 6 au 15 juin au Musée de L'ISA La Cambre. Il serait regrettable qu'aucun projet communal réalisé ou à réaliser n'y soit présenté. D'abord parce qu'il y a des projets qui en valent la peine (voir contrat de quartier Malibran, le réaménagement de certaines rues...), mais aussi parce que la commune est un acteur central du bassin versant qui nous occupe.

La Région vient récemment de lancer un appel à projet pour la réalisation de quartiers durables. La « Plateforme Eau Water Zone » entend remettre un dossier de candidature. Pour cela et afin de donner la parole au plus grand nombre et de respecter la dynamique participative, elle propose que ce dossier fasse l'objet d'un débat public qui sera en quelques sortes le point d’orgue de l'Expo Open Source, le samedi 14 juin en fin d'après midi.

Dans un esprit de collaboration bien compris, la commune d’Ixelles y est là aussi la bienvenue, conformément à l’esprit qui nous a toujours animé, celui de tenter de n'oublier personne et d’essayer d’associer le plus grand nombre ! Puisse la Commune répondre à notre invitation.

La plateforme Eau Water Zone